Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Fénay-Loisirs-Culture

Participation téléthon

9 Décembre 2012, 09:23am

Publié par fenay-loisirs

Country.Saulon12.012 (9)

TELETHON A SAULON LA CHAPELLE

Le tout nouveau groupe country de

FENAY LOISIRS CULTURE a donné sa

première représentation à Saulon la Chapelle

à l’occasion du téléthon 

En effet, créé voila environ trois mois et

constitué de 32 danseurs , le groupe a

travaillé chaque semaine les chorégraphies,sous la conduite de Licia, Fabrice et Claude,

afin d’en mémoriser les pas.

La persévérance a été récompensée..

Ce samedi 14 danseuses et un danseur de ce groupe, se sont produis afin d'apporter

leurs concours : vêtus de leurs tenues flambant neuves , ils se sont lancés sur la scène

au son de la musique country,  éblouissant ...!!

Un tonnerre d’applaudissement dans cette salle des fêtes de Saulon, fut une belle

récompense...

 

Bravo et longue vie au groupe country de FLC

 

photos dans l'album "loisirs ...culture"

Lire la suite

Visite de l'Expos.François et Sophie Rude

5 Décembre 2012, 15:57pm

Publié par fenay-loisirs

Expos.François et Sophie Rude (19)L’exposition François et Sophie RUDE, un couple d’artistes au XIXème siècle, a remporté un vif succès auprès des adhérents de FENAY LOISIRS CULTURE. Deux visites ont été programmées, le  28 novembre et le 5 décembre 2012 afin de permettre à 51 personnes de découvrir, sous la conduite d’un guide, ce couple d’artistes méconnu des Dijonnais.

François Rude est né à  Dijon le 4 janvier 1784, 5, rue  poissonnière (rue François Rude aujourd’hui). Fils de forgeron. Rien ne le destinait à cet avenir de grand sculpteur, mais Louis Frémiet lui fait découvrir les vertus de l’art. Il deviendra un sculpteur représentatif de la transition entre le néoclassicisme et le romantisme. Il travaillera avec Anatole Devosges , ami, et fils de François Devosges  fondateur de l’école de dessin de Dijon.

Premier prix de Rome en 1812. Puis Il accompagne dans son exil à Bruxelles son protecteur Louis Frémiet. Il y demeure 12 ans. Retour à Paris en 1827, en 1828 il présente au Salon  Mercure rattachant sa talonnière. En 1833  le  Petit pêcheur napolitain jouant avec une tortue (œuvre prêtée par le musée du Louvre). Ces œuvres  lui font remporter un immense succès.

François Rude est connu universellement par son chef d’œuvre le départ des volontaires  de 1792  ou La Marseillaise. Ce relief guerrier orne l’un des piédroits de l’Arc de triomphe de l’étoile à Paris (on peut voir un surmoulage de cette sculpture à l’ancienne église Saint Etienne à Dijon, aujourd’hui musée Rude. Cette œuvre, symbole patriotique, sera récupérée tout au long du XXème siècle par différents régimes politiques.

En 1821, il épouse à Bruxelles Sophie Frémiet, fille de son bienfaiteur. François Rude meurt à Paris en janvier 1855 avant d’avoir achevé Hébé  etL’aigle de Jupiter. Il est inoubliable avec sa longue barbe de patriarche.

Les promeneurs du parc Noisot à Fixin connaissent son Napoléon s’éveillant à l’immortalité appelé Réveil de Napoléon.

Sophie RUDE née FREMIET, est née rue des Forges à Dijon en 1797. Elève d’Anatole Devosges à Dijon, elle resta toujours attachée à sa ville natale. L’exil de son père à Bruxelles, fut une chance pour Sophie car cela lui permis d’entrer dans l’atelier de Jacques-Louis DAVID. Au début elle copia beaucoup son maître. De retour à Paris, elle s’éloigna rapidement de ce dernier. Elle peint tout d’abord des personnages mythologiques, ou des scènes d’histoire (La duchesse de Bourgogne arrêtée aux portes de Bruges), mais c’est surtout par ses portraits de la bourgeoisie qu’elle se fait connaître. Sa sensibilité, sa psychologie et son talent lui permettent d’exceller dans cet art. Elle n’a pas connu le même succès que François RUDE dans ce XIXème  siècle encore très misogyne.  Le fils unique du couple, Amédée, mourut à l’âge de 8 ans.

Sophie sert de modèle à son époux François, pour la célèbre statue de la Marseillaise.

A la mort de son époux, elle se battra afin d’obtenir que les deux dernières œuvres  qu’il n’avait pu terminer soient achevées, suivant sa conception et sous son nom, par Paul Cabet. Œuvres que nous pouvons voir au musée des beaux arts de Dijon.

Les trajectoires parallèles de ce couple d’artistes engagés nourris par la culture des lumières et des idéaux révolutionnaires, reflètent le bouillonnement créatif et politique de la première moitié du XIXème siècle.

« (…) mari et femme ont fait carrière côte-à-côte, la main dans la main(…) »

Visite très appréciée par les deux groupes, les commentaires des guides, passionnées par leur travail, ont pleinement satisfaits les visiteurs.

La  participation financière de l’Association FENAY LOISIRS CULTURE a permis de réduire le coût de la prestation des guides, pour chaque participant.

 

organisé par Marie-Louise et Robert clip FLC

photos dans l'album "expos" => Expos.François et Sophie Rude

Lire la suite

un parcours à Daix (côte d'Or)

5 Décembre 2012, 08:46am

Publié par fenay-loisirs

parcours à Daix (13)Temps menaçant au départ de Domois pour un parcours à Daix où trente-cinq participants se sont donnés rendez-vous. Ils traversent un parc communal aménagé avec goût mais y prêtent peu attention en pressant le pas. Pourtant, le temps s'améliore comme par enchantement et restera clément jusqu'à la nuit.
Ces lieux proches de Dijon restent méconnus pour beaucoup: un aspect rural, la nature à deux pas, une vue sur l'agglomération et le lointain jusqu'au Jura.Le sentier mène à la ferme de Changey (neuvième siècle) ayant successivement appartenu à l'abbaye St Bénigne, au duc de Bourgogne Hugues IV (1251 ) et différents propriétaires de la noblesse. En 1871, elle servit de poste médical, pendant que les Prussiens occupaient les deux plateaux voisins " En Chaumont " et " le Plain St Laurent. Les troupes de Bourbaky, aidées par Garibaldi, y reprirent la ferme après avoir défendu Dijon.
Les chemins agréables du circuit des Combottes aux Feuillants mènent à la basilique StBernard. Celui-ci naquit à l'emplacement du château et devint le fondateur de l'abbaye de Clairvaux.
Autour de la butte, des vergers abandonnés retrouvent une deuxième vie, des arbres ont été greffés par des seniors passionnés. Les marcheurs apprécient ces lieux qu'ils traversent car ils constatent,un peu partout, que l'environnement est de plus en plus respecté.
Ces marches de loisirs et culture chez FLC permettent aussi la communication entre adhérents sur des thèmes très variés. On parle, on échange des recettes, on prend un bon bol d'air. On se lamente aussi sur ceux qui restent au chaud, devant leur
télé, ou simplement qui ne peuvent pas marcher.
Pour l'instant on en profite pour que, plus tard, il en reste de beaux souvenirs.
Belle marche confortable, neuf kilomètres, peut-être moins, peut-être plus.

Organiser par Jeanine et Patrick clip FLC
Photos dans l'album "automne 012" => parcours a DAIX
ATTENTION, marche de Mardi prochain, consignes particulières en page d'acceuille

Lire la suite

Entre Brochon et Fixin ...

29 Novembre 2012, 15:45pm

Publié par fenay-loisirs

BrochonFixin.11.012 (8)Temps humide et froid ce mardi : trente et un participants s'engagent sur le chemin des grands crûs qui mène de Brochon à Gevrey. La réserve naturelle de la combe Lavaux Jean- Roland offre une multitude de circuits maintes fois empruntés dans tous les sens. Un vol de sansonnets salue cette période de l'année où tout bascule: brouillard, odeurs fortes de décomposition des végétaux, gouttes de pluie qui décorent les feuilles rebelles, chemins gras, flaques d'eau dont il faut se méfier. Les marcheurs équipés de bâtons gardent leur équilibre mais la montée vers le plateau est rude.
Certains râlent, c'est normal, nous sommes sur le chemin du Grognard. Une élégante inaugure un charmant bonnet dont le dessin semble inspiré du champignon coprin chevelu. Dans ces bois, le mimétisme commence à jouer. On apprend que les champignons génèrent de l'azote qui accentue la couleur verte de l'herbe. Ronds de sorcières ou ronds de fées, c'est au choix du cueilleur ainsi averti. Dans ce lieu poussent aussi des plantes rares: hélianthe des Apennins, daphné des Alpes, athamante de Crète, aster linosyris.
Descente vers les vignes car la nuit approche. Les clochers de Fixey et Fixin brillent de leurs tuiles vernissées. On parle du Clos Napoléon, du diocèse de Langres présent, ici, bien avant les Cisterciens, du manoir de Laperrière et ses caves du XII ème, du clos " Queue du hareng". Il ne s'agit pas, ici, du poisson mais d'un terme équivalant à deux pièces de vin.
Arrivée au village: dans une cave, on aperçoit un tonneau debout où se remplit un verre d'un beau liquide couleur rubis, sûrement un petit Fixin de derrière les fagots. FLC entame à tue-tête: il est des nô, ôtres ....
Pas d'invitation à trinquer de l'autre côté, ce soir, dans les chaumières,on devra se contenter d'un potage et d'une infusion.
9 kilomètres.

Organisé par Bernadette et Robert clip FLC
Photos dans l'album "automne 012" => BrochonFixin 11.012

Lire la suite